15 élèves du Lycée Professionnel Heinlex créent leur mini-entreprise

Ils n'ont pas 20 ans, déjà l'audace de l'entrepreneuriat, et viennent de lancer leur ligne de vernis et dissolvants bio à Saint-Nazaire.

​Partie de baby foot, cour ensoleillée, étudiants et lycéens détendus discutant par petits groupes, l’ambiance est bon enfant dans le hall du lycée professionnel Heinlex de Saint-Nazaire. Il semble pourtant régner une certaine effervescence dans la salle des BTS pilotage des procédés. Car depuis octobre, les 15 élèves vivent leur toute première expérience d’entrepreneurs : au sein de leur mini-entreprise Green Workshop, ils conçoivent, fabriquent et commercialisent leur propre ligne de produits cosmétiques bio.

Une expérience formatrice

Les différentes sections de BTS et Bacs pros ont déjà eu l’occasion de se lancer dans des aventures semblables et forment un ensemble complémentaire au sein du lycée. « La section mode a confectionné les pochettes de tissus qui seront offertes avec les kits de vernis, c’est un véritable travail d’équipe. » se réjouit Dominique Vallée, Directeur Délégué aux Formations Professionnelles et Technologiques du Lycée Heinlex. Avant de parvenir à ce résultat final, les étudiants ont aussi pu découvrir tous les aspects de la création d’entreprise. « Nous avons eu des entretiens avec des entreprises telles que STX ou L’Oréal qui nous ont ensuite assigné un poste suivant notre profil. » se souvient Solenne Bézier, fraîchement nommée directrice générale de la Scop d’étudiants. Direction générale, service administratif, responsable et équipe de production, service financier, responsable marketing, service commercial, chaque élève a trouvé sa place dans l’organigramme car rien n’est laissé au hasard pour assurer le succès des vernis, dissolvants et fortifiants. L’enjeu est de taille, la classe est s’inscrite à un concours au printemps et compte bien montrer ses performances au jury de professionnels présents.

La formation professionnelle, une filière d’avenir

L’approche du lycée professionnel Heinlex assure aux 240 élèves de l’établissement de se forger une solide expérience professionnelle tout en poursuivant leur scolarité. Les élèves viennent de tout l’Ouest pour suivre des formation spécifiques en alternance ou en continu. « Les régions ont un poids croissant dans la création de nouvelles filières professionnelles, car si la partie scolarité est toujours soutenue par le rectorat, la partie alternance et apprentissage dépendent de la région qui décide de la création des sections en adéquation avec la demande des entreprises du bassin d’emploi. Cela assure en même temps aux élèves des débouchés certains à leur arrivée sur le marché du travail. » souligne Dominique Vallée. Le 8 février dernier, l’Association des Régions devenue “Régions de France” formulait ainsi 8 propositions revendiquant une extension de leurs compétences en matière éducative, notamment le transfert de l’orientation scolaire (Centres d’information et d’orientation - CIO) « pour favoriser l’enseignement professionnel et l’alternance. »

Publié le 16/12/2017 à 13:00.