Accord MSC - Chantiers de l’Atlantique : en route vers le paquebot du futur

Les 2 partenaires ont signé un accord innovant lors de la cérémonie de la découpe de la 1ère tôle du futur MSC Europa, premier paquebot GNL construit en France.

Accord MSC - Chantiers de l’Atlantique : en route vers le paquebot du futur

Pierfrancesco Vago, président exécutif de MSC Croisières et Laurent Castaing, directeur général des Chantiers de l’Atlantique, ont rendu public un projet très innovant de Recherche et Développement, à l’occasion de la cérémonie de découpe de la première tôle du paquebot MSC Europa. Ce projet nommé PACBOAT, prévoit l’intégration de la première pile à combustible fonctionnant au GNL sur un paquebot de MSC Croisières.

« Nous travaillons avec l’Océan »

Les paquebots s’enchaînent aux Chantiers de l’Atlantique : après la livraison du MSC Grandiosa jeudi 31 octobre, la découpe de la 1ère tôle du World Class 1 (MSC Europa) a eu lieu le même jour à Saint-Nazaire, ainsi que l’annonce de l’intégration à bord de ce navire, livrable en 2022, d’un démonstrateur d’un nouveau type de pile à combustible. D’une puissance de 50KW, ce démonstrateur produira de l’électricité et de la chaleur à partir de Gaz Naturel Liquéfié (GNL), le combustible utilisé pour produire l’énergie des navires de la série World Class. L’intégration d’une pile à combustible à oxyde solide (la technologie SOFC, pour Solid Oxide Fuel Cell) sur un navire de croisière sera une première mondiale, et permettra une réduction directe de la consommation énergétique et des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES). Piloté par Chantiers de l’Atlantique, ce projet multi-partenarial est basé sur la technologie SOFC d’avant-garde développée et brevetée par CEA. Cette solution novatrice et plus respectueuse de l’environnement a été saluée par Pierfrancesco Vago, président exécutif de MSC Croisières, qui a déclaré : « Nous sommes heureux de pouvoir supporter ce projet fortement innovant, qui témoigne de notre volonté de contribuer à développer une technologie de nouvelle génération respectueuse de l’environnement, pour le bénéfice de l’ensemble du marché. Cela représente un élément-clé dans notre approche du navire « zéro émission » en mer ou à quai ». En soulignant l’attachement de l’entreprise familiale aux enjeux de durabilité, et la volonté d’intégrer les dernières technologies innovantes dans chaque nouvelle classe de navires, Pierfrancesco Vago a ajouté « Nous travaillons avec l’Océan, nous vivons avec l’Océan, il est de notre responsabilité de le protéger ».

Vers des navires « zéro émission » à l’horizon 2050

Associée aux autres solutions développées dans le cadre du programme Ecorizon® de Chantiers de l’Atlantique, cette solution innovante permettra de dépasser les futures exigences réglementaires sur les émissions pour les navires neufs à l’horizon 2030 et 2050, et constitue une brique technologique importante pour se diriger vers la conception de navires « zéro émission » répondant à l’ambition de la nouvelle Commission Européenne de faire de l’Europe le premier continent à impact carbone neutre (« European Green Deal ») à l’horizon 2050. D’autres pistes innovantes ont ainsi été présentées par le président de MSC Croisières : le branchement à quai sur le réseau électrique local (déjà signé à Marseille et en cours de négociation dans d’autres ports), un système avancé de traitements des eaux usées, la diminution des bruits sous-marins rayonnés, la suppression des plastiques à usage unique, le développement d’un système de réduction catalytique sélective, l’utilisation d’éclairage led, ou encore la production d’eau douce à bord. Dans le même effort de réduction de l’impact environnemental, Laurent Castaing a également précisé « L’équipage qui a embarqué à bord du MSC Grandiosa est très technique, et pourra récupérer des données transmises à Saint-Nazaire. Ces données faciliteront l’analyse de la consommation énergétique des navires, des gaspillages à supprimer, des améliorations à apporter ».

Publié le 01/11/2019 à 12:40.