Action Non au Foie Gras samedi 23 décembre à Saint-Nazaire

Fourrure, foie gras, animaux de cirque, Le Collectif Nazairien pour les Animaux dénonce les souffrances animales.

Action Non au Foie Gras samedi 23 décembre à Saint-Nazaire

L’association L214 dénonçait hier dans les colonnes du Monde Les conditions d’élevage des lapins Orylag dont la fourrure est utilisée par de grandes marques de luxe telles que Dior, Dolce & Gabbana ou Fendi. Le Collectif Nazairien pour les Animaux mène le même combat et présentera une pétition contre le gavage des oies samedi entre la Place des Droits de l’Homme et le Ruban Bleu.

La fourrure n’a plus la côte

C’est la grande tendance mode de cet hiver chez les couturiers, la fausse fourrure flashy hyper colorée, histoire de prouver qu’elle est bien fausse et qu’on respecte la condition animale. Même message chez Michael Kors qui a annoncé officiellement sa décision de renoncer à toute fourrure animale. Cette tendance fait écho à un nombre croissant de personnes sensibles aux souffrances subies lors du gavage des oies destinées au foie gras. En 2014, 77% des Français assurent préférer un foie gras obtenu sans gavage. L’Italie, l’Allemagne, le Royaume-Uni ou encore la Suède et la Norvège font partie des pays qui interdisent désormais le gavage. A Saint-Nazaire, depuis 2012, le Collectif Nazairien pour les Animaux s’engage lui aussi pour défendre la cause animale.

Sensibiliser le public

« Nous menons des actions contre le foie gras, contre la fourrure et l’été contre le cirque » détaille Julien Dréan du collectif. « L’été par exemple, il nous arrive d’aller à l’entrée des cirques pour informer les gens sur le sort des animaux (...) Evidemment comme beaucoup de personnes, nous sommes choqués et révoltés par les images que nous voyons. » ajoute-t-il. Comment faire passer le message en cette période de l’année où tout le monde s’affaire à préparer son repas de Noël ? « Les réactions quand nous faisons des actions sont très diverses. Il y a des personnes âgées, jeunes qui réagissent très bien et qui s’intéressent à ce que nous leur expliquons. Au contraire, il y a une grande majorité de personnes qui ne nous prêtent pas du tout attention. C’est plus rare, mais certaines personnes se sentent provoquées. Alors nous nous adaptons aux personnes sans les agresser. J’insiste sur le fait que nous menons des actions totalement pacifistes. Si les gens sont intéressés tant mieux, sinon tant pis. »

Publié le 20/12/2017 à 10:33.