Confinement : le web, l’unique outil de survie des commerçants

Réseaux sociaux, e-commerce, Click & Collect... Tout le monde peut aujourd'hui vendre en deux clicks et coexister avec les géants du web.

Confinement : le web, l’unique outil de survie des commerçants © Adobe Stock

Depuis le début de ce deuxième confinement où les commerces des centres-villes ont du baisser leur rideau, on voit se multiplier les attaques contre le web et Amazon, grands gagnants face au commerce physique. Pourtant, on oublie qu’aux côtés de ces géants internationaux, de nombreux sites e-commerces français vendent avec succès. Que ce soient des boutiques de centre-ville complétant leur offre par de la vente en ligne, de jeunes créateurs profitant d’une vitrine, ou encore des fournisseurs professionnels avec des produits de niche. Il existe aujourd’hui des outils simples, financièrement raisonnables, qui offrent instantanément une multitude de possibilités pour exister, vendre, fidéliser.

Le web est là, et il restera

Amis commerçants, avant d’argumenter sur le choix judicieux ou non de vendre sur le web, n’oubliez pas que le web est là, qu’il ne s’en ira pas, qu’il sera de plus en plus présent dans vos vies, et que les jeunes générations, vos clients de demain, sont nées avec. Vous pouvez argumenter, vous tourner autant que vous voulez avec nostalgie vers le passé, vous n’avez pas le choix, il va falloir faire avec. Alors plutôt que de faire d’internet votre concurrent ennemi, pourquoi ne pas monter dans le train du digital vous aussi ? Bien utilisé, le web offre également des solutions gratuites pour attirer les client(e)s dans votre boutique, sans payer des publicités hors de prix dans la presse papier ou par des campagnes d’affichage.

Quelques exemples qui fonctionnent

Vous doutez encore ? Voici quelques exemples qui pourraient vous faire changer d’avis. Deux solutions s’offrent à vous suivant votre activité : rejoindre une plateforme existante regroupant plusieurs professionnels, ou développer votre propre solution web. Le premier cas s’applique plutôt à de petits créateurs ou producteurs. Citons par exemple la plateforme Etsy de vente en ligne de créateurs indépendants, ou encore l’association Produits en Presqu’île de Guérande qui s’est lancée dans le Click & Collect. Tout se vend sur le web, même des matériaux professionnels : Peinturoll zone de Brais vend des peintures sur toute la France, Protecflam à Océanis vend des produits ignifugeants dans tout l’hexagone. Ils ne sont pas Amazon, ils sont locaux, ils sont français, ils sont sur le web, et ils jouent sur les deux tableaux : la vente en ligne et dans leur magasin. D’autres initiatives ont vu le jour : proposée par la CCI lors du 1er confinement, la plateforme de regroupement de commerçants maville.monshopping.fr est aussi une bonne idée, malgré une erreur d’ergonomie majeure : le site n’affiche pas les commerces de Saint-Nazaire dès la page d’accueil. Peut-être faudrait-il adopter le même concept spécifiquement à la ville de Saint-Nazaire ?

Le rôle des municipalités

Une municipalité n’a pas pour rôle de relayer les promotions de ses commerçants, mais elle peut jouer un rôle déterminant pour les accompagner dans leur transformation numérique, pour les inciter à exister sur le web, choisir de bons outils, et trouver une audience. En situation d’urgence sanitaire quand les centres-villes sont condamnés à fermer, les villes pourraient ainsi aisément mettre à disposition de leurs commerçants un espace sécurisé pour y aménager un système de drive collectif. Pourquoi pas un gymnase fermé durant le confinement, facile d’accès pour les habitant(e)s et où seraient entreposés les stocks. Les commerçants pourraient se relayer, travailler collectivement à la livraison des commandes effectuées sur la solution web. Et hors confinement, pourquoi ne pas créer sur les sites web des villes des annuaires des sites e-commerce locaux. Et parallèlement, fournir aux commerçants des annuaires de tous les entrepreneurs numériques locaux. Pourquoi encore ne pas organiser des “soldes digitales locales” ? Des élus avec une solide culture web deviendront indispensables, à l’exemple de la ville de La Baule qui a choisi pour nouveau conseiller municipal Attractivité, Développement Économique et Tourisme le startuper Nicolas Appert.

Créer une communauté : la clé du succès

Il ne suffit pas d’avoir un site web, encore faut-il le faire savoir. Les réseaux sociaux sont des outils gratuits incroyablement efficaces pour générer du trafic sur un site ou dans une boutique, et sont aujourd’hui incontournables. Les commerçants qui ferment entre midi et deux peuvent en profiter pour prendre en 1 minute des photos ou vidéos de leurs arrivages et les poster instantanément, créer des événements Facebook pour dévoiler leurs nouvelles collections, signaler des promotions ponctuelles, valoriser leurs articles en les mettant en scène sur Instagram. Bien sûr, les commerçants auront toujours besoin d’un professionnel pour être accompagnés, conseillés, et choisir une solution adaptée, mais ils disposeront ensuite d’outils marketing ultra performants et gratuits. Ils ne doivent pas se sentir désarmés face à Amazon ou un autre géant du web, car ils disposent d’un atout (hors période de confinement) : leur magasin. Un magasin où ils peuvent inviter leurs clients à les suivre sur les réseaux sociaux, récolter des adresses email pour continuer à les informer, les inciter à entrer dans leur communauté et les fidéliser.

Vous vous sentez un peu perdu pour débuter l’aventure web, contactez notre agence PresquileWeb, notre équipe sera ravie de vous accompagner dans vos futurs projets web.

Publié le 04 Novembre 2020 à 21:02.

À lire aussi
aux alentours dernières vidéos

Site web réalisé par

PresquileWeb : Agence web & création de site internet à Saint-Nazaire