Estuairez-Vous : l’association qui lutte contre la pollution plastique

Laura Raimondeau, jeune présidente d'Estuairez-Vous, mobilise les Nazairien(ne)s pour collecter les déchets échoués sur les plages de Saint-Nazaire.

Estuairez-Vous : l’association qui lutte contre la pollution plastique

Laura Raimondeau est une passionnée. Sa lutte contre la pollution plastique remonte à son stage de fin d’études de biologiste marine en Guadeloupe, où elle assiste choquée au sauvetage d’une tortue marine dont il faut vider l’estomac rempli de plastique. À son retour à Saint-Nazaire, l’idée de la création de l’Association Estuairez-Vous pour préserver l’environnement et le patrimoine suit très vite. En 2018, après avoir fêté ses deux ans d’existence le 10 juin, l’ Association rassemble un nombre croissants de bénévoles qui participent chaque mois à la collecte et l’analyse des déchets ramassés sur les plages de Saint-Nazaire.

450 ans pour qu’un sac plastique se dégrade

En scrutant le sable, il est difficile de progresser sans s’arrêter à chaque pas. Les sacs des participants au nettoyage de plage se remplissent à une vitesse vertigineuse : mégots de cigarettes, stylos, emballages, débris de bateaux, gaines de fils électriques… Parmi les objets insolites ramassés sur le littoral, Laura se remémore « Je me souviens avoir découvert une luge, et énormément de télécommandes » . Des téléspectateurs frustrés par les programmes ? En effet, seuls 10 % des ordures ramassées ont été jetés par les plagistes durant la courte saison estivale, et 80 % viennent de l’intérieur des terres. La Loire est le plus long fleuve de France, à la fonte puis au ruissellement, de nombreux déchets finissent leur long périple sur nos plages. Pensez au forfait de ski que vous avez perdu l’hiver dernier lors d’une chute mémorable, il mettra 1000 ans à se dégrader entièrement ( 2 ans pour un mégot de cigarette, 5 ans pour un chewing-gum, 450 ans pour un sac en plastique, 600 ans pour un filet de pêche ), de quoi occuper à temps plein les archéologues des siècles futurs.

Des participants de tout âge

Le groupe venu rejoindre Laura aujourd’hui est composé d’enfants avec leurs parents, d’ados, d’actifs hommes ou femmes, ou encore de retraités. Tous notent scrupuleusement la nature et le nombre de déchets récoltés sur des planchettes distribuées par Laura, qui les communiquera ensuite à Initiatives Océanes, programme de sciences participatives suivi par Estuairez-Vous et chargé de récolter les données avant qu’ils ne soient triés et recyclés. « Parfois les gens nous regardent sans comprendre » explique Laura, « certains nous disent que ce n’est pas à nous de faire ce travail, ce sont parfois les même qui jettent sans précaution. Ou d’autres personnes nous rejoignent en apportant leur sac. » Comme Loïck Peyron venu en famille prêter main forte à l’association lors d’un nettoyage à Villès-Martin cet hiver, et qui a pu leur décrire le 7ème continent, vaste soupe de plastique flottant au milieu du Pacifique, si vaste qu’il oblige aujourd’hui les navigateurs à virer plus au sud.

Des initiatives individuelles et collectives

Certains participants présents reconnaissent que plus jeunes, ils n’étaient pas conscients mais que doucement, de nouvelles mentalités se mettent en place. Laura nous rapporte la réaction d’une fumeuse venue les aider « vu tout ce que j’ai pu fumer et jeter sur la plage quand j’étais jeune, je vais revenir. » Le travail de sensibilisation effectué dans les écoles, ou encore les programmes scolaires qui introduisent dès le plus jeune âge la notion de recyclage et de protection de l’environnement pourraient changer le comportement des générations futures au niveau individuel. Au niveau collectif aussi, les actions se multiplient grâce aux associations telles qu’ Estuairez-Vous, ou encore dans les villes conscientes de cette pollution plastique. Elles sont de plus en plus nombreuses à proposer des solutions innovantes, comme la ville de La Baule qui a installé des poubelles connectées fonctionnant à l’énergie solaire, et vérifiant les taux de remplissage pour prévenir d’éventuels débordements.

Publié le 25/06/2018 à 17:41.