“Ils ne nous feront pas taire” : le comité de soutien se transforme en mouvement

Le mouvement indépendant souhaite ainsi combattre toute pression ou violence envers les femmes à Saint-Nazaire.

“Ils ne nous feront pas taire” : le comité de soutien se transforme en mouvement © Ils ne nous feront pas taire

Le 29 mai 2019, 11 élu(e)s rompaient le silence autour de possibles violences sexuelles et un climat de sexisme ambiant à la mairie, sous le nom du collectif “Ils ne nous feront pas taire”. Le comité du même nom, créé en soutien aux élu(e)s, a annoncé dans un communiqué se transformer en mouvement indépendant pour poursuivre la libération de la parole des femmes à Saint-Nazaire.

L’intégralité du communiqué

Le comité de soutien aux élu.es du 29 mai devient le Mouvement indépendant “​Ils ne nous feront pas taire​” pour la libération de la parole des femmes à Saint-Nazaire.

Le Comité créé à Saint-Nazaire en soutien au Collectif ​“Ils ne nous feront pas taire​” réunissant ​11 élu.e.s qui avaient pris la parole le 29 mai 2019 pour poser la question de possibles violences sexuelles et du sexisme à la mairie​ devient le mouvement “​Ils ne nous feront pas taire​” et affirme son indépendance du collectif et de toute appartenance politique ou syndicale. Il réunit des citoyen.nes issu.e.s de la société civile, des personnes de toutes origines et de toutes convictions soucieux.ses du sort des femmes dans notre ville.

Cette affaire dans laquelle les lanceur.ses d’alerte ont été ostracisé.e.s, écarté.e.s, jusqu’à la poursuite en diffamation de l’une des signataires a révélé de terribles défaillances dans la gestion de ce sujet à Saint-Nazaire. Le message envoyé a des conséquences pour toutes les Nazairiennes bien au delà du cadre de la mairie.

C’est pourquoi le mouvement “​Ils ne nous feront pas taire​” s’adresse à tous.tes les Nazairien.ne.s. ​Il apportera son écoute et son soutien à toutes les victimes de violences sexuelles et sexistes dans notre ville ​ainsi qu’à tous.tes celles et ceux qui les accompagnent. Il luttera contre le sexisme sur tout le territoire.

Il est de la responsabilité de toutes les institutions publiques de pleinement se mobiliser pour assurer la sécurité physique et mentale des habitantes du territoire.

Aucune Nazairienne ne doit avoir peur de parler. Aucune Nazairienne ne doit avoir peur de sortir. ​Aucune Nazairienne ne doit avoir peur de vivre. Aujourd’hui, nous en sommes loin.

Il n’est pas acceptable que des lieux où nous vivons puissent être aux mains d’auteurs avérés de violences sexistes. Il n’est pas acceptable que la justice à Saint-Nazaire puisse acquitter un auteur de violence sexuelle malgré des faits caractérisés relevés dans le jugement, et que des faits relevant de l’agression sexuelle ne soient poursuivis que pour harcèlement. Il n’est pas acceptable que des pressions conduisent des femmes à retirer des plaintes. Il n’est pas acceptable que les violences sexuelles et sexistes ne soient pas traitées avec un engagement plus fort des autorités publiques.

Le climat de sexisme et les violences à Saint-Nazaire ne sont pas inéluctables. Ils sont le résultat de choix patriarcaux comme de silences complices. Le mouvement “​Ils ne nous feront pas taire​” se mobilisera contre l’omerta et le patriarcat pour que les femmes soient assurées de leur droit à la liberté et au sentiment de sécurité dans notre ville.

Nous dénoncerons les agissements, pressions, rumeurs et tentatives de décrédibilisation à l’encontre des femmes.

Nous veillerons à ce que chaque fois que les institutions auront connaissance d’informations pouvant laisser penser qu’il existe en leur sein, comme dans des structures du territoire, du harcèlement, des agressions ou pire, un viol, elles agissent vite et bien. Que plus jamais elles n’acceptent sur leur territoire, la présence de lieux “institués” dans lesquels les nazairiennes n’auraient pas la garantie de leurs droits.

Nous ne tolérerons plus qu’en 2019 des victimes ne puissent qu’être renvoyées à la justice comme unique solution alors même que la justice n’est pas efficiente sur ces questions. Preuve étant qu’une victime de viol sur dix seulement porte plainte et que seul un violeur sur cent est condamné. Les violences sexuelles sont banalisées alors qu’elles entraînent des traumatismes sérieux et peuvent déclencher des maladies a posteriori. Déposer plainte est un parcours de combattante qui réactive la douleur au moment où la démarche juridique nous demande d’être en possession de tous nos moyens. .

En 2019, on ne doit plus se réfugier derrière l’absence de plainte ou de décision juridique pour maltraiter les victimes et lanceur.ses d’alerte. Plus jamais une femme qui révèle les violences subies ne doit être a priori présumée coupable de mentir ou de complot malveillant, plus jamais sa crédibilité ne doit dépendre du dépôt de plainte. II est intolérable que la diffamation soit utilisée systématiquement par les défenseurs d’un système qui nous oppresse.

Nous nous exprimerons haut et fort pour que l’intimidation recule, pour que plus aucune nazairienne dans aucune sphère de sa vie, familiale, professionnelle, scolaire, militante, sportive ou autre, et à aucun moment de sa vie, ne soit privée de sa parole et réduite au silence.

Nous le réaffirmons enfin, les violences sexistes, sexuelles et conjugales n’ont rien de privé. Elle sont une affaire de société, de santé publique, de justice et d’égalité. Nous demanderons des comptes à ceux qui doivent agir pour protéger tout.es les citoyen.es.

Comptez sur nous, ​ils ne nous feront pas taire.

Publié le 04 Octobre 2019 à 14:21.

aux alentours dernières vidéos

Site web réalisé par

PresquileWeb : Agence web & création de site internet à Saint-Nazaire