Loire-Atlantique : extension des interdictions de pêche à pied

Le littoral nord reste fermé pour la pêche à pied des coquillages et les cultures marines.

Loire-Atlantique : extension des interdictions de pêche à pied

Par arrêtés des 16 mai et 11 juillet, le préfet de la Loire-Atlantique interdit la pêche, le ramassage, le transport, le stockage et la commercialisation des coquillages à titre professionnel et de loisir destinés à la consommation humaine en provenance du littoral Nord du département.

Prolifération d’une algue dinophysis

L’interdiction fait suite à la prolifération d’une algue dinophysis qui produit une toxine entraînant des troubles digestifs chez le consommateur de coquillages : les symptômes cliniques sont de type vomissements, diarrhées, douleurs abdominales et surviennent une demi-heure à quatre heures après l’ingestion de coquillages contaminés. Les toxines produites par le dinophysis ne sont pas détruites à la cuisson, il est conseillé aux consommateurs de ne pas ingérer et de détruire les coquillages provenant des zones d’interdiction qui seraient encore en leur possession.

De Saint-Nazaire à Pont-Mahé

La zone géographique d’interdiction s’étend de la Baie de Pont-Mahé (commune d’Assérac) à Saint-Nazaire (Pointe de Chémoulin), y compris l’île Dumet, le Traict de Pen Bé et le Traict du Croisic. L’interdiction ne concerne pas les activités professionnelles pour les huîtres dans le Traict de Pen Bé et dans une zone s’étendant de La Turballe à la baie de La Govelle. La préfecture rappelle qu’il est conseillé de ne pas consommer des coquillages dont l’origine géographique n’est pas connue ou est incertaine, de nouvelles analyses sont prévues à la mi-juillet et permettront de prendre de nouvelles mesures si la tendance évolue.

Publié le 14/07/2019 à 11:46.