Loire-Atlantique : fermeture des bars à 22h jusqu’au 3 novembre

Dès 8h samedi 24 octobre, les bars du département devront cesser leur activité entre 22h et 6h du matin.

Loire-Atlantique : fermeture des bars à 22h jusqu’au 3 novembre © Adobe Stock

Jeudi 22 octobre 2020, le Premier ministre a annoncé de nouvelles mesures afin de lutter contre l’épidémie au niveau national. Même si la Loire-Atlantique n’est pas concernée par le couvre-feu, de nouvelles mesures locales entrent en application dès samedi 24 octobre à 8h, avec un nouvel arrêté préfectoral limitant la consommation et la vente d’alcool.

Les restaurants pourront servir de l’alcool après 22h

« La consommation d’alcool est un des facteurs limitant la bonne application des gestes barrières (port du masque en continue, distanciation physique moins respectée notamment). » explique la Préfecture en prenant un nouvel arrêté le 23 octobre 2020. Ainsi, à partir du samedi 24 octobre 2020 8h00 et jusqu’au mardi 3 novembre 8h00 sur la totalité du territoire départemental :

  • Les bars ou assimilés et les débits de boissons temporaires situés en Loire-Atlantique doivent cesser leur activité « bar » entre 22h00 et 6h00 le lendemain.
  • Les restaurants pourront eux continuer à servir de l’alcool après 22h00 et ce jusqu’à la fermeture mais uniquement aux personnes qui consomment un repas et comme consommation accessoire à la nourriture.

Par ailleurs, le préfet a rappelé les mesures de distanciation dans les bars et les restaurants (limitation des tables à 6 convives, espacement d’au minimum un mètre entre les chaises de chaque table) et incite les restaurateurs à prendre des mesures complémentaires comme le cahier de rappel des clients afin de faciliter le contact tracing.

La vente à emporter d’alcool interdite entre 22h et 6h

De nouvelles mesures s’appliquent également à la vente à emporter

  • La vente à emporter de toutes boissons alcoolisées devient également interdite et ce dans tous les types de commerces entre 22h et 6h, tous les jours de la semaine.
  • De même, la consommation d’alcool est interdite sur la voie publique et dans les lieux publics entre 22h et 6h.
  • Les buvettes et autres points de restauration debout sont interdits lors des rassemblements ainsi que dans les établissements recevant du public et à leurs abords immédiats.

    En cas de non-respect de l’interdiction de consommation ou de vente d’alcool, les contrevenants s’exposent à une amende de 135 euros et, en cas de récidive, à des sanctions plus lourdes pouvant aller jusqu’à six mois d’emprisonnement et 3750 euros d’amende.

Le département à la limite des seuils d’un couvre-feu

Le préfet a également pris la décision de maintenir l’ouverture des établissements sportifs mais l’accès aux vestiaires des établissements sportifs publics, à l’exception des piscines, est désormais interdit. Les précédentes mesures (port du masque obligatoire dans l’espace public sur l’ensemble du département, regroupements limités à 6 personnes, limitation des grands rassemblements à 1000 personnes) sont également toujours en vigueur. « les indicateurs sur l’évolution de l’épidémie en Loire-Atlantique se dégradent chaque semaine et nous sommes à la limite des seuils de mise en œuvre d’un couvre-feu à l’échelle départementale » a indiqué Didier Martin, préfet de la Loire-Atlantique « j’en appelle au civisme de chacun afin de limiter la propagation de l’épidémie à travers l’application des gestes barrières et le respect des mesures en vigueur».

Un dispositif de soutien pour les entreprises impactées

En fonction de l’évolution de la situation sanitaire et des préconisations de l’Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire, de nouvelles mesures pourront être prises par la préfecture au niveau local, en lien avec les collectivités territoriales, afin de renforcer la lutte contre l’épidémie et d’enrayer la seconde vague sur notre territoire. Les professionnels impactés par ces mesures liées à l’état d’urgence peuvent solliciter trois dispositifs d’aide aux entreprises :

  • L’augmentation du volet 1 du fonds de solidarité pour les professionnels du secteur de l’Hôtellerie Restauration pouvant aller jusqu’à 10 000 euros dans la limite de 60 % du chiffre d’affaire
  • Prise en charge du chômage partiel à 100 % jusqu’au 31 décembre 2020.
  • Exonération de charges sociales en lien avec l’URSSAF.

Publié le 23 Octobre 2020 à 20:34.

À lire aussi
aux alentours dernières vidéos

Site web réalisé par

PresquileWeb : Agence web & création de site internet à Saint-Nazaire