Mais qui se cache derrière le groupe Facebook Vivre à Saint-Nazaire ?

Vivre à Saint-Nazaire et dans sa région est le rendez-vous incontournable des Nazairiens sur le web. Rencontre avec les administrateurs de la communauté virtuelle.

Si vous avez un compte Facebook, ​vous n’avez pas pu passer à côté des nombreuses publications du groupe Vivre à Saint-Nazaire et dans sa région. Avec plus de 15 000 membres, ce groupe créé en 2014 est le plus important et le plus actif de la Presqu’île à traiter de la vie locale, de l’actualité et des événements qui font vibrer et réagir les habitants de la région. Mais qui se cache derrière les mystérieux pseudos de ses 6 administrateurs ? Nous les avons rencontré(e)s, Nazairiens et Nazairiennes bénévoles qui à toute heure de la journée se relaient pour informer, parfois arbitrer, mais surtout partager en créant une véritable communauté.

6 administrateurs impliqués

Philippe, Karima, Sarah, Alain, Joachim et Bénédicte sont les 6 administrateurs de Vivre à Saint-Nazaire et dans sa région. Ils ont des horizons professionnels et familiaux très variés, et leurs différentes personnalités peut parfois les amener à entamer de vives discussions : « on se téléphone beaucoup, on communique énormément, on se réunit régulièrement pour faire le point. » explique Sarah. Comment s’organisent-ils pour gérer près de 300 publications par semaine ? « Nous sommes assez complémentaires, avec des vies familiales et professionnelles diverses. Certains sont des lève-tôt, d’autres des couche-tard, il y a un administrateur disponible à presque chaque heure du jour ou de la nuit. » Pas de hiérarchie donc mais une organisation très spontanée, c’est le premier connecté qui répond, mais tous ont la même ligne de conduite. « Il le faut avec un groupe aussi conséquent. » ajoute Philippe.

Débattre sans basculer

Car ce n’est pas toujours une mince affaire de gérer et modérer les commentaires, qui sur certains sujets de discussions peuvent déraper très rapidement. « Nous voulons réellement mettre en avant l’ouverture d’esprit et la liberté d’expression. On peut débattre, apprendre à se parler malgré des différences d’opinion, tant que ça reste conforme aux règles. » souligne Philippe. « Il y tout de même des sujets que nous évitons tels que la politique ou la religion. Là, les discussions basculent vite. Même entre nous, nous ne sommes pas toujours d’accord » sourit-il. D’où la nécessité de parfois faire un break quelques jours pour prendre du recul. « Et puis nous avons aussi une vie de famille et un travail. » Mais le groupe se veut avant tout une véritable mine d’informations pour les Nazairien(ne)s en répondant à des questions actuelles, en abordant tous les thèmes de la vie quotidienne.

Les sujets qui tiennent à coeur

Mais au fait, de quoi parle-t-on dans ce groupe ? Ce sont les membres qui suggèrent des publications, ou l’un des administrateurs lance lui-même un sujet de discussion qui lui tient à coeur. Cela va du simple partage de photos, à des débats sur l’actualité de la ville ou la recherche de renseignements pratiques. Parmi les plus gros ”buzz“, certains thèmes reviennent régulièrement : la pollution, les problèmes de Poste, ou d’autres sujets parfois plus surprenants. « Nous avons eu une grande polémique sur l’appellation ”étang“ ou ”lac” du Bois Joalland, qui a généré des centaines de commentaires, il faut alors être réactif pour modérer les propos de certains membres » se souvient Philippe. Les règles du groupe sont en effet strictes, les membres sont tenus de contrôler leur langage s’ils ne veulent pas risquer une exclusion temporaire ou définitive.

Un groupe qui dynamise Saint-Nazaire

Les administrateurs consacrent chacun 1 à 2 heures au groupe, qu’ils doivent caser entre vie personnelle et vie professionnelle, quelle est leur motivation pour donner ainsi une grande partie de leur temps libre ? « Nous aimons tous notre ville, ce groupe est un formidable moyen de la dynamiser, c’est ce qui nous anime. En particulier, nous aimerions mettre plus en avant les sorties culturelles, les rencontres entre Nazairien(ne)s et aussi les petits commerçants qui font vivre le coeur de la ville. » 15 000 membres pour une ville de 69 000 habitants, cela peut parfois donner le vertige ? Philippe, Karima, Sarah, Alain, Joachim et Bénédicte savent garder les pieds sur terre : « Non car cela reste une communauté virtuelle, mais c’est toujours super gratifiant qu’il y ait autant d’échanges. »

Publié le 14/06/2018 à 13:22.