Municipales 2020 : Denis Lambert lance la liste “Saint-Nazaire sur Mer”

L'avocat rassemble dans son projet des figures nazairiennes comme Patrick Klein (Pizza Patrick), Sandra Vandeuren, Éric Coquen, ou encore Jean-Louis Garnier.

À quelques jours de la date limite de clôture des candidatures aux Municipales 2020 le 27 février prochain, une 9ème liste apparaît donc dans le paysage politique nazairien. “Saint-Nazaire sur Mer” dont tous les noms seront révélés la semaine prochaine, annonce rassembler « des gens qui travaillent, qui sont sur le terrain , et qui veulent être force de proposition ».

Une liste de la société civile loin des carriéristes

À 1 mois du premier tour, Denis Lambert, avocat spécialiste du droit maritime depuis 23 ans à Saint-Nazaire, se lance avec énergie dans cette campagne express aux Municipales. Une énergie qu’il nous dit partager avec ses colistier(e)s, parmi lesquels un bon nombre de commerçant(e)s et entrepreneur(e)s,« dynamiques, qui ont des idées intéressantes et veulent aller de l’avant pour faire briller notre ville ». Guillaume Brisard (chef du restaurant Le Skipper), Patrick Klein (Pizza Patrick), le médecin Thierry Lespagnol, la juriste et conseillère municipale d’opposition Sandra Vandeuren, Éric Coquen (casse auto Coquen), Jean-Louis Garnier (ex directeur de la STRAN et ex candidat aux Municipales) font partie des premiers noms annoncés sur la liste “Saint-Nazaire sur Mer”.

Une candidature motivée par la dépollution

« La surmortalité de 28% dans le bassin Nazairien, annoncée par de récentes études, a été un élément déclencheur dans ma candidature » explique Denis Lambert qui souhaite relancer le projet du port de Plaisance, et dont il critique l’abandon en raison du coût de la dépollution, « pourtant moins important que celui des travaux entrepris pour la troisième fois en entrée de ville ». Une dépollution qu’il juge dans tous les cas indispensable pour préserver la santé des Nazairien(ne)s, et qui doit également pousser à s’interroger sur la présence de certaines entreprises polluantes en pleine ville.

« On a eu 6 ans de rien »

“Saint-Nazaire sur Mer”, un nom bien choisi pour une liste dont le programme propose de valoriser les atouts maritimes de la ville. « Je suis toujours surpris de constater que mes collègues parisiens ne savent pas que Saint-Nazaire est au bord de la mer » se désole le candidat en critiquant le bilan du maire : « Le front de mer ce n’est pas lui, on eu 6 ans de rien ». Parmi les premiers projets annoncés par Denis Lambert : la création d’une ligne pour se rendre à l’île de Hoëdic depuis Saint-Nazaire, faire débarquer les navires de croisières à Saint-Nazaire grâce à des quais flottants plutôt qu’à Montoir, réouvrir un casino dans l’ancienne usine élévatoire avec un hôtel 4 étoiles, des mesures qui contribueront à créer des passages supplémentaires dans la ville.

Démolir le paquebot et déplacer le marché

Question phare des différents candidats à la mairie de Saint-Nazaire, et de la liste Saint-Nazaire sur Mer : comment redynamiser le centre-ville ? « Je suis moi-même un commerçant, je vends du droit » revendique Denis Lambert. « Ils ont tout fait à l’envers, pour vendre il faut du monde » continue-t-il en évoquant les différents travaux et l’accès toujours difficile à la ville. Parmi les premières propositions de Saint-Nazaire sur Mer : dédoubler le pont de la gare avec des voies supplémentaires, offrir 2 heures de stationnement gratuit au lien d’1/2 heure et la gratuité le samedi, et rendre à nouveau la voiture “amie” pour attirer dans le centre-ville les habitants de la périphérie « qui travaillent, qui consomment et qui amènent de l’économie ». Dans la même optique, il souhaite démolir le Paquebot qu’il considère comme un échec, et déplacer le marché au Petit-Maroc dont il critique le projet de rénovation pour des raisons sanitaires préoccupantes (amiante) et la suppression des stationnement qu’il entraînera. « Des devis sont également en cours pour la démolition de la base sous-marine » indique le candidat.

Santé, social, sécurité

Saint-Nazaire sur Mer annonce vouloir se concentrer particulièrement sur la question de la dépendance, avec plusieurs pistes d’actions : la création d’un numéro unique pour assister les personnes en grande dépendance subite ou leurs proches, et qui les assisterait dans toutes leurs démarches. Autres mesures pour créer le lien social : faire appel à des étudiants pour amener les personnes ayant des difficultés à se déplacer en visite chez leur médecin, ouvrir les cantines scolaires à des personnes en grande difficulté, et assigner des îlotiers dans les quartiers qui porteraient une attention particulière aux personnes âgées, « pas seulement en centre-ville ». Sur le thème attendu de la sécurité, Denis Lambert propose enfin des détecteurs de plaques de voitures volées à l’entrée de la ville (comme à La Baule), et de mettre des personnes derrière les caméras de surveillance « puisqu’elles sont quasiment inexploitables après coup à cause de leur mauvaise résolution ». Et pour la vie nocturne ? « Nous proposerons la création d’une discothèque, et d’un “bus de la soif” payé par les bars qui fera la navette la nuit entre les différents établissements ».

« La démocratie c’est le respect de ses adversaire »

À quoi ressemblerait un mandat avec Denis Lambert ? « En tant qu’avocat, je pense que la démocratie passe par le respect de ses adversaires. Le droit à la contradiction et à la réponse est fondamental. Je suis pour l’élection c’est pourquoi je ne cumulerai pas les fonctions de maire avec la présidence de La CARENE. Pour plus de démocratie, je donnerai un libre accès aux mêmes informations à tous, qu’ils soient dans la majorité ou dans l’opposition, pour leur donner les mêmes ressources de travail en commission et au conseil municipal » insiste-t-il.

Publié le 16 Février 2020 à 16:15.

aux alentours dernières vidéos

Site web réalisé par

PresquileWeb : Agence web & création de site internet à Saint-Nazaire