Paimboeuf : une façade électronique face à la Loire

Au numéro 20 du quai Boulay Paty, l'artiste Dominique Leroy a tapissé les murs extérieurs de centaines de cartes mères d'ordinateurs dans une fantastique oeuvre éphémère.

Publié le 26 Février 2021 à 15:02.

C’est la quatrième fois que Dominique Leroy, artiste plasticien installé depuis quelques années à Paimboeuf habille la façade de cette petite maison du quai Boulay Paty. En choisissant un matériau original, il joue avec les lumières et reflets du bord de Loire, pour offrir aux passants une oeuvre high tech et vivante.

Après le tissu, le bois et le caoutchouc, place à l’électronique

C’est en 2012 que Dominique Leroy décore pour la première fois le 20 Quai Boulay Paty où il a installé son atelier. À l’époque, ayant récupéré un énorme stock de tissus dont il ne sait que faire, l’idée lui vient de réaliser une façade costumée de mille et un morceaux cousus au gré de son improvisation. Le patchwork coloré sera remplaçé en 2013 par un assemblage de pièces de bois : des sabots, des chaises, des instruments de musique, des caisses ou encore des cuillères qui forment un joyeux méli-mélo, qui là encore ne manque pas de surprendre les passants. « Les gens s’arrêtent et sourient, un groupe de musique nantais l’a aussi utilisé pour la pochette de son album » s’amuse l’artiste. En 2017, Dominique Leroy, également créateur de décors de théâtre, récidive et drape sa maison du noir de chambres à air en caoutchouc. Un décor tout en relief et vagues, qui se métamorphose avec la lumière et où s’accrochent des figurines et animaux, comme perdus dans un décor d’apocalypse.


Une invitation à entrer dans l’oeuvre

« Je garde toujours un rappel de la façade précédente » explique l’artiste en désignant la partie supérieure encore recouverte de morceaux de caoutchouc. En dessous, sur l’intégralité du fronton, il a achevé sa 4ème oeuvre éphémère au printemps dernier, après un an de récupération et un mois d’assemblage. Des cartes mères d’ordinateurs, mais aussi de vieux autoradios ou des disques durs renvoient des éclairs lumineux et interpellent le regard des passants. On y retrouve ses figurines, dinosaures ou personnages imaginaires, qui semblent évoluer dans un décor de gratte-ciels futuriste. « à l’époque, j’avais déjà eu la visite d’une personne pensant que je réparais des vélos, cette fois-ci on est venu me voir pensant que je m’occupais d’ordinateurs » rit-il. Les geeks sauront s’y retrouver, puisqu’ils retrouveront là un fatras de pièces de toutes les époques ! « L’oeuvre va encore évoluer, avec l’ajout de leds qui s’illumineront la nuit » explique Dominique Leroy en montrant de l’autre côté de la Loire les installations de Donges et Montoir« La vue est magnifique d’ici, les lumières nocturnes font penser à une multitude de bateaux ». Ce mariage vertical du minuscule avec le monumental, invite les passants à s’arrêter, se pencher, se contorsionner, à entrer dans l’oeuvre. « J’ai le projet de prendre en photo les personnes qui s’arrêtent, et d’en tapisser les murs de l’autre côté du bâtiment, rue De Gaulle » projette Dominique Leroy, à la bonne humeur communicative. Une nouvelle façade qui fera encore le bonheur des passants, en attendant la prochaine, au gré de l’inspiration de l’artiste.

vidéo à la une
En ce moment
aux alentours
vie locale
dernières vidéos
food
shopping
Sport
culture & patrimoine
Industrie
covid
La Baule
Pornichet
Guérande
Saint-Brévin
Trignac
Le Croisic
PLUS DE NEWS
AGENDA

01

Sep

AU

03

Oct

18

Sep

AU

25

Sep

21

Sep

24

Sep

AU

26

Aoû

24

Sep

AU

26

Sep

Annonces immobilières

Site web réalisé par

PresquileWeb : Agence web & création de site internet à Saint-Nazaire