Pollution : les habitants de Donges et Montoir ne lâchent rien

La pétition lancée par L’ADZRP et VAMP pour une enquête épidémiologique et sanitaire auprès de la CARENE et de l’ARS a déjà recueilli 800 signatures.

Pollution : les habitants de Donges et Montoir ne lâchent rien

Le 25 février dernier, les associations ADZRP (Association Dongeoise des Zones à Risques et du PPRT) et VAMP (Vivre À Méan-Penhoët) lancaient une pétition pour exiger une enquête sanitaire et épidémiologique ainsi qu’une campagne de sensibilisation à propos de la pollution de l’air sur l’estuaire de la Loire, et ses conséquences pour la santé des riverains : « Nous voulons être informés de la composition de l’air que l’on respire et de son impact, ou non, sur l’état sanitaire de la population que l’on sait particulièrement affectée par des maladies respiratoires, et par un taux de mortalité des 15/64 ans largement supérieur aux moyennes régionales et nationales ».

Un prochain conseil communautaire de la CARENE le 26 mars

Le prochain conseil communautaire de la CARENE fixé au 26 mars 2019 doit adopter son Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET) et les deux associations ont d’emblée annoncer être très attentives à la réponse qui sera apportée à leur demande d’une étude épidémiologique et sanitaire. « Il n’est plus envisageable que les différentes institutions restent silencieuses ou se renvoient la balle sous prétexte qu’elles n’auraient pas la compétence pour…(...) Si les mots ont un sens, CARENE et ARS doivent travailler ensemble au plus vite pour la veille et la sécurité sanitaires de la population de Saint-Nazaire et sa région » a déclaré l’association dans un communiqué. « En ce début d’année 2019 la CARENE qui dispose depuis 2013 d’un Plan Climat Air Énergie Territorial indique qu’elle souhaite « intégrer la dimension Qualité de l’Air » dans le cadre de l’élaboration de ce PCAET. Dans cette perspective et pour « définir un programme d’action », elle se propose d’engager un « diagnostic de vulnérabilité ». Si ce « diagnostic de vulnérabilité » permettant de définir un « programme d’action » comprend cette « étude épidémiologique globale » que nous réclamons, alors nous nous en réjouissons. Si ce « diagnostic de vulnérabilité» n’est qu’une énième tergiversation pour ne pas mettre en place cette étude épidémiologique indispensable, alors nous continuerons à la réclamer ».

Des épisodes de pollution à répétition qui inquiètent les habitants

L’ADZRP dénonce depuis plusieurs années les accident à répétition qui exposent les habitants aux gaz irritants et impactent leur vie. En juillet 2015, les habitants de Méan Penhoët avaient découvert qu’une entreprise de traitement de surfaces Rabas Protec souhaitait s’installer au cœur de leur quartier en utilisant un produit cancérigène : le chromate de strontium. L’association VAMP avait obtenu de la municipalité de Saint-Nazaire la mise en place d’une étude sur la qualité de l’air, menée par Air Pays de Loire fin 2016 début 2017 qui s’était conclue sur la recommandation d’une étude complémentaire « permettant une évaluation des risques chroniques dans le cadre d’une étude sanitaire ». Depuis 2018, les chiffres inquiétants ressortant d’une enquête réalisée courant 2017 par l’ARS sur l’état de santé des habitants du bassin de Saint-Nazaire poussaient également Le groupe Europe Écologie Les Verts a demander la mise en place d’une « étude épidémiologique globale afin de prendre les mesures qui s’imposent ». Le 6 mars dernier, une fuite de dioxyde de soufre à la raffinerie de Donges provoquait un dépassement du seuil d’information et de recommandation durant 1 heure. Lassées et inquiètes, les deux associations continuent leur action de sensibilisation et comptent sur la pétition et la réponse de la CARENE pour débloquer la situation.

Pour signer la pétition, l’imprimer à ce lien, la signer puis la déposer dans la boîte aux lettres ADZRP à la Maison des Associations, rue des Métairies à Donges.

Publié le 21/03/2019 à 11:19.