Saint-Nazaire : création d’un peloton de sûreté maritime et portuaire

Rattaché à la gendarme maritime, le peloton surveillera l'estuaire de la Loire et les sites industriels stratégiques.

Saint-Nazaire : création d’un peloton de sûreté maritime et portuaire

Le projet initié il y a une dizaine d’années a déjà débouché sur la création de pelotons de sûreté maritime et portuaire (PSMP) dans 7 autres ports : Marseille-La joliette, Marseille-Port de Bouc, Le Havre, Cherbourg, Brest, Toulon, Dunkerque. Calais devrait également suivre en 2019.

Surveillance de l’estuaire et protection des sites stratégiques

Les premiers PSMP ont été mis en place après les attentats du 11 septembre 2001, les autorités craignant des actes terroristes en provenance de la mer. Dédiés à faire appliquer un code appelé ISPS (code international pour la sûreté maritime et portuaire) Les gendarmes maritimes des PSMP peuvent contrôler les navires tant à l’intérieur que sous l’eau grâce aux plongeurs, fouiller les navires de commerce, inspecter la coque. Opérationnelle dès cet été, la nouvelle unité de la gendarmerie maritime aura une connaissance particulière des nombreux sites Seveso implantés sur le port de Nantes Saint-Nazaire et dans l’estuaire de la Loire. Fort de 30 à 35 gendarmes, le PSMP de Saint-Nazaire sera équipé d’un semi-rigide et d’une vedette de sécurité maritime et portuaire (VSMP).

Publié le 08/02/2018 à 09:18.