Saint-Nazaire : la maison PS brûle-t-elle ?

Les élus socialistes démissionnaires dénoncent le vote par les militants Nazairiens de la liste de David Samzun, dont l'investiture a été gelée par le Parti socialiste.

Saint-Nazaire : la maison PS brûle-t-elle ?

À 4 mois des élections municipales, les tensions restent vives entre le candidat maire David Samzun, et les élu(e)s démissionnaires qui ont dénoncé la possible agression sexuelle d’une élue par l’ancien adjoint aux finances. Gaëlle Bénizé-Thual, Hervé Braire, Laurianne Deniaud, Régine Le Bail, mais aussi Laurence Bonnet-Permettes et Jacques Zesko (membres de la commission administrative de la section de Saint-Nazaire) ont annoncé dans un communiqué avoir saisi le premier secrétaire du PS Olivier Faure et demandé l’intervention des instances nationales du Parti socialiste. Jean-Luc Séchet, secrétaire de la section PS de Saint-Nazaire a réagi aux accusations des lanceurs d’alerte.

« Une dérive autoritaire du maire »

25 des 49 places de colistiers de la liste « Pour Saint-Nazaire » conduite par David Samzun, sont occupées par des candidats socialistes. Cette liste sera soumise au vote des militants nazairiens jeudi prochain. Un vote que les élu(e)s démissionnaires jugent « irrégulier au regard des décisions des instances du PS », étant donné la décision à l’unanimité du bureau national du Parti socialiste de geler l’investiture du maire sortant. Ils déclarent dans un communiqué: « La section s’apprête à voter cette semaine une liste qu’elle présente comme une liste PS conduite par le premier des socialistes David Samzun. Ce vote est irrégulier au regard des décisions des instances du PS. Nous n’y prendrons donc pas part. Nous refusons de cautionner un vote destiné à manipuler. Il n’est par ailleurs pas acceptable que les moyens du PS, à travers la section et la fédération, contribuent au financement direct ou indirect du maire sortant alors qu’il n’est pas investi ». Autre point de crispation, les sanctions et retraits de délégations vécus par les élus démissionnaires comme un signe de « dérive autoritaire du maire » : retrait des délégations et de la vice-présidence de l’agglomération à Gaëlle Bénizé-Thual, retrait de la délégation de conseiller municipal à Hervé Braire, refus de la demande de protection fonctionnelle de Laurianne Deniaud.

« Gaëlle Bénizé ne vient même plus s’exprimer devant les militants »

Contacté, Jean-Luc Séchet, le secrétaire de la section PS de Saint-Nazaire, a réagi en déclarant : « Le Parti socialiste de Saint-Nazaire est dans le respect du calendrier statutaire imposé par le national. Les militants doivent se prononcer sur celles et ceux qui seront issus de leur rang. C’est la démocratie et elle vit bien chez nous comme en témoigne le nombre de votants. Quant à Gaëlle Bénizé, elle ne vient même plus s’exprimer devant les militants de Saint-Nazaire ».

Publié le 20/11/2019 à 12:51.