Saint-Nazaire : les prix de l’immobilier par quartier

La journée de l'immobilier breton qui rassemblait aujourd'hui les notaires de la région a permis de dresser un bilan des prix du marché immobilier à Saint-Nazaire.

Saint-Nazaire : les prix de l’immobilier par quartier

Les mesures d’accompagnement telles que la Loi Pinel et le Prêt à taux zéro combinées à une offre abondante et des prix raisonnables ont fait de cette année un cru exceptionnel. Agnès Lanoë, Présidente des Notaires de Bretagne et de Loire-Atlantique prévoit déjà une évolution positive pour 2018 : « dans l’ancien, les prix pourraient progresser à nouveau, notamment sur les grandes métropoles régionales. Mais cette hausse devrait être modérée car nous ne sommes pas sur un marché spéculatif, les ventes portant essentiellement sur des résidences principales. »

Hausse des prix dans les quartiers Centre-Ville et Ville Port

À Saint-Nazaire en 2017, les acheteurs ont dépensé en moyenne 1 790 €/m² pour un appartement ancien (+7,6% sur an), 3 310 €/m² pour un appartement neuf (+18,7% sur un an) et 190 000 € pour une maison ancienne. Les prix sont restés stables à Herbins, Prézégat, La Berthauderie (1 680 €/m²), Villeneuve, Les Landettes, Hôpital (1 810 €/m²) La Trébale, Plaisance (1 470 €/m²) et ont profité d’une belle envolée dans les quartiers Centre-Ville et Ville Port (+13,4% sur un an pour atteindre 1 620 €/m²). Du côté de Porcé, Villès-Martin et Kerlédé, les prix restent en haut de la fourchette à 2 160 €/m², suivis par les quartiers Parc Paysager, Sautron et Jardin des Plantes à 1 860 €/m² (-1,2% sur un an). L’âge moyen des acquéreurs varie de 47 à 51 ans suivant le bien, avec une forte proportion de cadres moyens qui ont pendu la crémaillère cette année (36% pour les appartements neufs, 31% pour les maisons anciennes, 28% pour les appartements anciens). Les retraités quant à eux ont montré une nette préférence pour les appartements anciens (29 % des acquéreurs). Malgré la hausse globale constatée en 2017, les prix restent cependant inférieurs à ceux affichés il y a 5 ou 10 ans.

Une embellie sur l’ensemble de la Loire-Atlantique

Catherine Guihard, Présidente de la Chambre des Notaires de Loire-Atlantique se réjouit de la reprise engagée depuis le second trimestre 2016 : « chaque année, le département accueille de nouveaux habitants, essentiellement des jeunes salariés célibataires ou en couple, qui démarrent leur parcours résidentiel. Tous les segments ont profité de la dynamique de la demande : le neuf, la construction, l’ancien à rénover ou pas, les résidences secondaires comme principales. Les conditions de crédit ont contribué à soutenir la demande, et notamment le PTZ pour les primo-accédants. Malgré sa forte attractivité, le marché immobilier Ligérien reste sain, il n’est pas spéculatif. En effet, il est animé, essentiellement, par des acteurs locaux ou régionaux, même si sur le neuf nous voyons de plus en plus des investisseurs extérieurs notamment des Franciliens. Depuis le début de l’été, le marché se tend et les notaires constatent dans de nombreuses communes ou quartiers un déficit d’offres qui contribue à faire grimper les prix. Pour l’instant, les taux bas compensent cette hausse. En revanche, on peut s’attendre à une diminution du nombre de ventes dans les mois à venir faute de biens. »

le 18/01/2018 à 20:54.