Saint-Nazaire : ras-le-bol au centre des impôts

La grogne monte à l'annonce de 13 suppressions d'emplois en Loire-Atlantique, dans des services déjà surchargés par la mise en place du prélèvement à la source.

Les agents des impôts de Loire-Atlantique se sont rassemblés à Saint-Nazaire et Nantes jeudi 24 janvier. À l’origine de leur colère, l’annonce de 13 nouvelles suppressions d’emplois, la dégradation de leurs conditions de travail, des dysfonctionnements informatiques récurrents et l’impréparation des réformes, notamment le fameux PAS (prélèvement à la source).

« Laissez tout tomber, allez au téléphone »

Marie-Annick Biré, du syndicat Solidaires Finances Publiques reste pessimiste quant à la future qualité du service public qui sera offert aux contribuables. « Nous venons d’apprendre que la direction générale a demandé à l’ensemble des directions de contribuer aux renforts du dispositif d’assistance téléphonique lié au PAS » déplore-t-elle. Avec un numéro national d’assistance débordé fautes de moyens suffisants alloués au Central Téléphonique, le syndicat dénonce des SIP et SIP-SIE au bord de la rupture et qui ne peuvent même plus faire faire face à leurs propres accueils et mails. « Ça rallonge les délais de tout le reste » s’alarme-t-elle. « Quand une loi a été votée à l’Assemblée nationale, un bureau réfléchit à l’application pratique, or ce temps se raccourcit, nous même à l’accueil recevons des informations au compte goutte, on ne peut parfois pas répondre aux gens, c’est trop brutal et notre formation est insuffisante quand on se retrouve face aux contribuables ». Dans ces conditions, l’annonce de la suppression de 13 nouveaux emplois en Loire-Atlantique est un véritable coup de massue.

13 suppressions d’emplois

5 centres d’impôts existent actuellement en Loire-Atlantique à Nantes, Ancenis, Châteaubriant, Saint-Nazaire et Pornic. Avec ces nouvelle suppressions d’emplois, les agents voient aussi planer la menace de fermetures de certains services ou d’un regroupement à Nantes au détriment des contribuables. « Il est déjà question de fermer la caisse à Saint-Nazaire, tous les paiement devraient alors se faire de manière dématérialisée, ce sont les personnes âgées et les plus défavorisées qui vont en pâtir en premier » ajoute Marie-Annick Biré. Le climat ne semble pas près à s’apaiser puisque trois syndicats des finances publiques - Solidaires, CGT et FO - ont appelé les personnels à se mobiliser du 28 janvier au 15 février dans le cadre d’un préavis de grève.

Publié le 25/01/2019 à 18:26.