Slow Food en Loire-Atlantique, le mouvement du “manger mieux”

Né en Italie il y a 30 ans, le mouvement citoyen Slow Food s'est durablement implanté en Loire-Atlantique, territoire de saveurs et savoir-faire.

Slow Food en Loire-Atlantique, le mouvement du “manger mieux”

Les débuts du Slow Food

C’est en 1986 que Carlo Petrini, journaliste sociologue et critique gastronomique italien fonde l’organisation citoyenne Slow Food, pour protester contre l’ouverture d’un McDonald’s à Rome, Piazza di Spagna. Parti d’une poignée d’adhérents dont le prix Nobel Dario Fo, le mouvement séduit rapidement des milliers d’italiens avec l’ambitieux projet d’empêcher la disparition des traditions et cultures alimentaires locales, de contrer le phénomène d’accélération de la vie et de combattre le désintérêt général envers la nourriture consommée. Avec son logo en forme d’escargot, le Slow Food s’est aujourd’hui incroyablement développé en Italie, et son label apposé sur un produit ou une carte de restaurant est devenu au fil du temps un gage incontournable de qualité. Partout dans le monde, le petit gastéropode fait des émules pour s’impliquer aujourd’hui dans plus de 160 pays, avec toujours le même désir, valoriser ce qui est bon, propre et juste.

Le Slow Food en Loire-Atlantique

En 2004, à l’occasion de la Fête de la Vache Nantaise qui réunit tous les 4 ans plusieurs dizaines de milliers de visiteurs, Jean-Rolland Barret lance à son tour l’association “les P’tis Beurrés Nantais” et rejoint le réseau Slow Food International. La quarantaine de membres actuels, tous bénévoles, revendique la même approche hédoniste que le mouvement originel. Jean-Rolland Barret, convivium passionné nous explique sa démarche autour du bon, propre et juste. « Le bon c’est l’élément plaisir que l’on retrouve au quotidien dans le plaisir de cuisiner les saveurs, de partager des recettes et de rompre la monotonie gustative par la biodiversité alimentaire. Le propre nous engage dans le respect de l’environnement à chaque étape de la chaîne alimentaire, le juste respecte les droits et le savoir-faire des producteurs qui nous nourrissent » Trois éléments essentiels si l’on veut que les produits ne soient pas perdus et restent accessibles au plus grand nombre.

Une association active

“Les P’tits Beurrés Nantais” prennent d’abord leur quartier au Lieu Unique où ils organisent durant 4 ans des ateliers du goût nés de rencontres avec les producteurs sympathisants. Le département regorge d’artisans dont le savoir-faire les inspire, les ateliers qui en débouchent créent un lien essentiel entre les hommes et les produits. L’association détaille « Nous avons visité le verger patrimoine de Nort-Sur-Erdre qui cultive plus d’une centaine d’espèces de pommes et poires, un élevage d’escargots au Croisic, des cueilleurs d’algues à Guérande, Alain Parise à Saint-Nazaire qui collectionne les variétés de blés anciens. Un projet d’atelier spiruline est déjà dans les cartons. » Slow Food Nantes participe aussi régulièrement au Nantes Food Forum, au Voyage à Nantes et se passionne pour les races et produits régionaux : la Vache Nantaise et la Bretonne Pie Noire sont désormais classées “sentinelles” par le mouvement Slow Food pour leur total respect du manifeste bon, propre et juste.

Si vous êtes passionné(e)s du goût et voulez préserver la qualité et la diversité de votre alimentation, élément essentiel de notre quotidien, l’association se retrouve tous les 3ème mercredis du mois autour d’un atelier du goût à Nantes. Inscriptions sur la page Facebook.

Publié le 03/10/2017 à 11:10.