Confinement : Samzun tape du poing pour la culture et les petits commerces

Dans une lettre adressée au Préfet, le maire de Saint-Nazaire David Samzun déplore les fermetures imposées malgré les capacités d'adaptation de ces secteurs en difficulté.

Confinement : Samzun tape du poing pour la culture et les petits commerces © Martin Launay / Ville de Saint-Nazaire
Publié le 31 Octobre 2020 à 22:53.

Depuis l’annonce des nouvelles mesures de confinement annoncées par le gouvernement, la stupeur frappe les petits commerçants et les lieux de culture de Saint-Nazaire. Malgré tous leurs efforts pour assurer depuis plusieurs mois la sécurité sanitaire de leurs clients, malgré toutes leurs nouvelles procédures engagées, organisations, changements d’horaires, Non. Ils ne pourront pas ouvrir durant cette période qui traditionnellement lance le coup d’envoi de la période des fêtes. Un coup dur que le maire de Saint-Nazaire David Samzun qualifie lui-même de « paradoxe incompréhensible », en demandant au Préfet Didier Martin de considérer ses propositions d’évolution des règles de confinement.

Un caractère inéquitable évident

Même s’il approuve certaines règles de ce second confinement prises par le gouvernement, comme le maintien de l’accès à l’école, le maintien d’une certaine activité économique, et le maintien des liens familiaux par l’ouverture assurée aux visites des Ehpad, le maire de Saint-Nazaire David Samzun exprime son incompréhension des fermetures imposées aux commerces de proximité et aux lieux de culture, malgré tous leurs efforts engagés pour assurer la sécurité sanitaire de leurs clients et visiteurs, dans une lettre adressée au Préfet de Loire-Atlantique Didier Martin. « Je ne me satisfais pas que ce travail soit mis à mal par une décision dont le caractère inéquitable est évident. » s’indigne-t-il.

Un paradoxe incompréhensible

Le gouvernement a donc décidé que les grandes surfaces, ou encore les grandes sociétés internationales de vente en ligne pourraient continuer leur activité librement durant le confinement. À l’opposé, les petits commerces qui se sont constitué des stocks pour la période des fêtes, qui ont scrupuleusement respecté un nombre limité de clients simultanés dans leur boutique, qui ont passé des heures à mettre des articles essayés “en quarantaine”, qui ont instauré des sens de circulation, des masques obligatoires, ou des désinfections devront fermer leurs portes. Une incompréhension et un traitement inéquitable pour David Samzun qui regrette un « paradoxe incompréhensible » pour « tous les commerces de proximité dans les centres-villes et les petits centres commerciaux de quartier qui sont pourtant aguerris pour assurer les mesures de protection sanitaires dans leurs magasins. »

Les salles de spectacle et de cinéma interdites

« Dans le même esprit, je ne comprends pas que les salles de spectacles professionnels et de cinéma se trouvent toutes interdites d’accueillir du public alors que ces équipements, parce que des amplitudes horaires pourraient être imposées, parce qu’ils disposent de places assises, parce qu’ils sauraient gérer des files d’attente, des placements et des jauges diminuées pour assurer les distances entre les spectateurs, parce qu’ils disposent d’équipes professionnelles capables d’assurer la bonne tenue des séances pourraient trouver un mode de fonctionnement, même dégradé, qui permette de soutenir une filière en difficultés et de préserver une vie culturelle qui honore notre pays. » continue David Samzun. Que ce soit au Théâtre, à Quai des Arts, au VIP, à Atlantia, ou dans les cinémas, les jauges sont en effet réduites, les groupes de spectateurs séparés par des sièges vides, avec de strictes mesures réduisant au maximum les contacts entre spectateurs : entrées et sorties décalées, réservation de sièges spécifiques, concerts assis avec respect des mesures de distanciation…

Des propositions d’évolution des règles de confinement

« Je souhaitais donc m’adresser au représentant de l’état que vous êtes dans votre département, afin que vous puissiez relayer autant l’incompréhension du Maire que je suis que les propositions d’évolution des règles de confinement que je viens de vous soumettre.» conclut David Samzun en soulignant qu’en tant que Républicain, respectueux des lois et institutions du pays, il ne prendra aucun arrêté illégal, mais souhaite s«adresser au représentant de l’état que vous êtes dans votre département, afin que vous puissiez relayer autant l’incompréhension du Maire que je suis que les propositions d’évolution des règles de confinement que je viens de vous soumettre.»

La lettre de David Samzun au Préfet Didier Martin

« Monsieur le Préfet,

Suite aux annonces de Président de la République et du Premier Ministre, nous avons toutes et tous pris note des évolutions mises en oeuvre pour appliquer ce second confinement.

Comme je l’ai annoncé publiquement, je suis satisfait de voir que les choses ont évolué sur plusieurs points : le maintien de l’accès à l’école afin de garantir une véritable continuité éducative et le cadre de vie le plus normal possible pour les enfants, la préservation autant que faire se peut des activités économiques afin de limiter les dégâts de la crise sociale, le maintien des liens familiaux avec celles et ceux de nos concitoyennes et concitoyens qui sont hébergés dans des établissements et qui ont eu à connaître des conditions de confinement extrêmement rudes au printemps dernier.

En revanche, je ne comprends pas les décisions prises concernant deux domaines d’activités, importants pour notre vie économique et sociale et d’une certaine manière pour le modèle de société auquel nous aspirons.

Chacun voit bien le paradoxe incompréhensible entre d’un côté la liberté d’ouverture laissée aux grandes surfaces pour des biens autres que ceux de première nécessité ainsi que la liberté de fonctionnement des grandes sociétés internationales de livraison en ligne et de l’autre côté la fermeture imposée à tous les commerces de proximité dans les centres-villes et les petits centres commerciaux de quartier qui sont pourtant aguerris pour assurer les mesures de protection sanitaires dans leurs magasins. À Saint-Nazaire, nous avons mobilisé des moyens très conséquents pour mettre en place un centre-ville original, qui a été salué et soutenu par les autorités nationales à plusieurs reprises. Je ne me satisfais pas que ce travail soit mis à mal par une décision dont le caractère inéquitable est évident.

Dans le même esprit, je ne comprends pas que les salles de spectacles professionnels et de cinéma se trouvent toutes interdites d’accueillir du public alors que ces équipements, parce que des amplitudes horaires pourraient être imposées, parce qu’ils disposent de places assises, parce qu’ils sauraient gérer des files d’attente, des placements et des jauges diminuées pour assurer les distances entre les spectateurs, parce qu’ils disposent d’équipes professionnelles capables d’assurer la bonne tenue des séances pourraient trouver un mode de fonctionnement, même dégradé, qui permette de soutenir une filière en difficultés et de préserver une vie culturelle qui honore notre pays.

Je suis un républicain. En tant que tel, je suis respectueux des lois et institutions de mon pays. Je ne tomberai donc pas dans la démagogie qui consisterait à prendre des arrêtés illégaux, que vous seriez convoqué à annuler, engorgeant ainsi l’administration de procédures inutiles dans un moment où les ressources humaines et les énergies doivent rester concentrées sur les vrais défis qui s’imposent à notre société et à notre démocratie.

En revanche, les temps de crise ne doivent empêcher ni le débat démocratique, ni l’expression pacifique des revendications. Je souhaitais donc m’adresser au représentant de l’état que vous êtes dans votre département, afin que vous puissiez relayer autant l’incompréhension du Maire que je suis que les propositions d’évolution des règles de confinement que je viens de vous soumettre.

Restant à votre disposition, je vous prie de croire, Monsieur le Préfet, en l’assurance de ma considération distinguée.

David Samzun

Maire »

En ce moment
EN BREF PLUS DE BRÈVES
aux alentours
dernières vidéos
culture & patrimoine
food
shopping
Industrie
Politique
covid
La Baule
Pornichet
Guérande
Saint-Brévin
Trignac
Le Croisic

Site web réalisé par

PresquileWeb : Agence web & création de site internet à Saint-Nazaire