publicité
Publié le 30 Janvier 2024 à 10:10.

Ce luthier de Saint-Nazaire crée des instruments pour les publics sourds de la Philharmonie de Paris

L'Octodyna Ewen d'Aviau offre une expérience trisensorielle pour accéder à la musique malgré le handicap.

Ce luthier de Saint-Nazaire crée des instruments pour les publics sourds de la Philharmonie de Paris © SaintNazaireNews.fr

Dans son atelier du Petit Caporal, Ewen d'Aviau imagine, invente et fabrique depuis 10 ans ses instruments de musique adaptés. Et parce qu'il pense que le son n'est pas le seul moyen de vivre les notes et le rythme, le luthier également Ingénieur en acoustique et vibration insuffle une dimension pluri-sensorielle à tous ses instruments. La Philharmonie de Paris, qui a lancé un dispositif visant à rendre accessible la musique aux personnes sourdes ou malentendantes, lui a passé commande.

Trouver des solutions pour compenser

50 projets à la fois germent dans l'esprit d'Ewen d'Aviau, sur les mille et une façons dont l'humain peut s'approprier la musique. Une volonté née tout d'abord de son expérience personnelle, et dont il a fait son métier. « J'ai été diagnostiqué dys à l'âge de 7 ans. Il m'a fallu très vite trouver des solutions pour compenser ce handicap qui touche mes 5 sens » explique-t-il. Et c'est sans doute parce que dès l'enfance il a dû gérer l'espace, le son ou encore le temps autrement, qu'il a eu l'idée de créer ses premiers instruments. Après une classe prépa à Aristide Briand, puis des études d'ingénieur en acoustique et vibrations, il complète sa formation par les neurosciences et la biomécanique en Suède durant une année Erasmus, tout en essayant d'apprendre la musique. « Je voulais jouer de la musique depuis longtemps, mais je n'y arrivais. J'ai créé une méthode de solfège que j'ai testée sur des enfants » poursuit le luthier. Le retour de ses petits élèves sera le déclic. « Maintenant, on sait lire la musique, on veut aussi en jouer » lui disent-ils. Et de là est né son métier.

Un retour vibratoire pour sentir la musique

L'ingénieur se forme alors à la lutherie puis ouvre son atelier de fabrication d'instruments adaptés, Le Labo de Zao. Et depuis 2014, il reçoit une dizaine de récompenses pour ses instruments, notamment l'Octodyna qui a séduit la Philharmonie de Paris. Développé pour les dys et personnes malentendantes, il repose sur une illustration visuelle de la musique, avec un système particulier de motifs et de couleurs. Son système d’écoute par le toucher permet un retour kinesthésique à l'utilisateur. « La Philharmonie de Paris m'a déjà commandé deux de ces instruments » se félicite-t-il. Cette institution de la musique multiplie en effet les dispositifs pour rendre accessible la musique aux sourds et malentendants. Coussins ou sacs à dos vibratoires pour écouter les œuvres, concerts en chansigné, ateliers de création et de composition musicale, utilisation de l'IA… La Philharmonie multiplie les expériences et s'est également associée à la société SoundX, cofondée par l’acteur américain Brad Pitt, et à la fondation pour les sourds, pour mener ce programme.

Des instruments pour improviser en jazz

Octodyna, Accordina, Célestine… Le luthier dispose aujourd'hui de toute une gamme d'instruments, dont les particularités séduisent aussi les musiciens de jazz. « Ils y trouvent un moyen de se libérer l'esprit pour improviser » explique Ewen d'Aviau. Le luthier travaille également depuis 5 ans avec l'accordéoniste Renato Tocco. Le système d'accords préfabriqués de cet instrument rendait difficile son jeu, il l'a contacté pour créer un instrument sur mesure, le LibRT, offrant de nouvelles possibilités. Le souhait du luthier est aujourd'hui de développer à plus grande échelle l'application de ses inventions pour le monde du jazz.

Vivre la musique par tous les moyens

De son enfance dys, Ewen a gardé son envie constante de créer, inventer et trouver des solutions à tous les problèmes. « Ça marque l'évolution d'un enfant. On voit le monde différemment » insiste-t-il. À force de recherche et d'expérimentation, Il a pu cultiver cette différence pour faire naître des instruments merveilleux entre les doigts de tous. « J'ai eu la chance de grandir dans une famille où on dansait beaucoup, ça m'a permis aussi de compenser car c'est lié ». Le luthier travaille aujourd'hui avec Musique et Danse, participe à l'organisation de bals traditionnels, et présente encore de nouvelles inventions comme des enceintes qui transforment n'importe quel support en objet musical, ou encore un lit musical qui masse par vibration… Avec toujours l'idée de montrer ce pur côté sensoriel de la musique.

Publicité Locale

Site web développé à Saint-Nazaire par

Presquileweb : Agence web & création de site internet à Saint-Nazaire